JTM

Tout le Mantois, toute l'info !

Accueil » Actualité » Intercommunalité » Une nouvelle ère va s'ouvrir
 
Intercommunalité
Une nouvelle ère va s'ouvrir PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 06 Janvier 2016 11:09
 

La Camy, créée en 1999 et héritière du District urbain de Mantes né en 1966, va fusionner avec 5 intercommunalités voisines à compter du 1er janvier prochain. Le nouvel ensemble composé de 73 communes, soit plus de 405 000 habitants, sera fédéré par la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (Gpso), en cours de constitution.

L’objectif de cette intercommunalité élargie – la plus importante en grande couronne parisienne - est de former un territoire économiquement compétitif et attractif aux portes du Grand Paris, de peser davantage dans les échanges avec les partenaires institutionnels et de continuer à œuvrer pour le développement du territoire malgré un contexte budgétaire restreint en raison des baisses de dotations de l’État. Ce projet représente donc un défi ambitieux mais cette évolution et surtout le calendrier dictés par les lois de réforme territoriale suscitent des interrogations voire des inquiétudes parmi certains élus locaux.

Le pôle métropolitain (*), l’organe chargé de préfigurer la communauté urbaine, s’emploie depuis plusieurs mois à poser les bases du futur établissement public de coopération intercommunale qui verra donc officiellement le jour le 1er janvier prochain. La date du 14 janvier est évoquée pour permettre l’installation de son conseil avec l’élection du président. Philippe Tautou, maire de Verneuil qui préside le pôle jusqu’au 31 décembre ainsi que la Ca2rs, a déjà annoncé qu’il était candidat. Paul Martinez, maire de Buchelay et à la tête de la Camy, vient de déclarer à son tour qu’il briguait ce siège. D’autres postulants peuvent se déclarer avant le tout premier conseil qui aura lieu à Mézières-sur-Seine. En attendant, c’est François Garay, maire des Mureaux et président de l’agglo Seine & Vexin, qui assumera la transition à compter du 1er janvier.

* Le bureau du conseil est composé de Philippe Tautou (président), Paul Martinez (vice-président), Dominique Bouré (secrétaire), Pierre Bédier, François Garay, Karl Olive et Sophie Primas (membres).

La Seine est la colonne vertébrale de la communauté urbaine  qui va être créée le 1er janvier

 

UNE COMMUNAUTÉ URBAINE, C’EST QUOI ?

Comme une communauté de communes ou d’agglomération, il s’agit d’un établissement public de coopération intercommunale à la différence près qu’elle doit former un ensemble de plus de 250 000 habitants. La communauté urbaine Gpso exercera plusieurs compétences : le développement économique ; le tourisme ; la mobilité et les déplacements urbains ; les équipements socio-culturels et sportifs ; l’aménagement de l’espace et l’équilibre social de l’habitat ; la voirie et le stationnement ; la politique de la ville ; l’environnement ; la gestion de services publics d’intérêt collectif : ramassage et traitement des déchets, eau et assainissement…

Chaque commune, même les plus petites, disposera d’au moins 1 élu qui siègera au sein du futur conseil communautaire. Le nombre de représentants sera ensuite adapté en fonction de l’importance démographique de chaque localité.

 

UNE LONGUE HISTOIRE

La coopération intercommunale est apparue voici plus de 120 ans avec la loi du 22 mars 1890 et la création de syndicats à vocation unique. Le mouvement s’est sensiblement amplifié et structuré au cours des dernières décennies. Au 1er janvier 2015, on comptait 2 133 établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre sur le territoire français dont 11 métropoles ; 9 communautés urbaines, 226 d’agglomération et 1 884 de communes ; 3 syndicats d’agglomération nouvelle. Il ne restait que 70 communes isolées (4 034 615 habitants) recensées pour la plupart en Île-de-France.

 

LA FIN DU JTM

Compte-tenu de la fusion de la Camy avec 5 autres communautés voisines le 1er janvier, le Jtm qui dépend de l’agglomération de Mantes en Yvelines cesse sa parution. La rédaction tient à remercier ses lecteurs pour leur fidélité ainsi que tous ceux qui lui ont fait confiance au cours de ces 10 années d’existence soit 470 numéros.

 

73 COMMUNES ET PLUS DE 405 000 HABITANTS

La future communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise va s’étendre de Rolleboise/Rosny-sur-Seine à l’Ouest jusqu’à Conflans-Sainte-Honorine via Poissy à l’Est. Ce secteur du Nord des Yvelines couvrira 6 intercommunalités existantes ainsi que la localité de Maurecourt (4 369 habitants), située dans le canton de Conflans, soit un total de 73 communes.

 

CAMY

La communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines fédère 35 communes dont 2 villes-centres, Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville, 9 communes péri-urbaines et 24 communes rurales soit 115 000 habitants.
Créée en 1999, elle a succédé au District urbain de Mantes né en 1966.
Président : Paul Martinez (maire de Buchelay).
Les 35 communes : Arnouville-lès-Mantes, Auffreville-Brasseuil, Boinville-en-Mantois, Breuil-Bois-Robert, Buchelay, Drocourt, Épône, Favrieux, Flacourt, Follainville-Dennemont, Fontenay-Mauvoisin, Fontenay-Saint-Père, Gargenville, Goussonville, Guernes, Guerville, Hargeville, Jouy-Mauvoisin, Jumeau-
ville, La Falaise, Le Tertre-Saint-Denis, Magnanville, Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville, Méricourt, Mézières-sur-Seine, Mousseaux-sur-Seine, Perdreauville, Porcheville, Rolleboise, Rosny-sur-Seine, Sailly, Saint-Martin-la-Garenne, Soindres, Vert.

2 RIVES DE SEINE

La communauté d’agglomération des 2 Rives de Seine est forte de 12 communes, soit près de 92 000 habitants.
Créée en 2006.
Président : Philippe Tautou (maire de Verneuil-sur-Seine).
Les 12 communes : Andrésy, Carrières-sous-Poissy, Chanteloup-les-Vignes, Chapet, Les Alluets-le-Roi, Médan, Morainvilliers, Orgeval, Triel-sur-Seine, Verneuil-sur-Seine, Vernouillet, Villennes-sur-Seine.

POISSY/ACHèRES/CONFLANS

La communauté d’agglomération qui siège à Poissy a une population de 92 201 habitants.
Créée en 2015.
Président : Karl Olive (maire de Poissy).
Les 3 communes : Achères, Conflans-Sainte-Honorine, Poissy.

SEINE & VEXIN

La communauté d’agglomération Seine & Vexin est constituée de 17 communes dont Les Mureaux pour un total de 70 000 habitants.
Créée en 2014, elle a prolongé la communauté de communes Vexin-Seine née en 2004.
Président : François Garay (maire des Mureaux).
Les 17 communes : Bouafle, Brueil-en-Vexin, Ecquevilly, Evecquemont, Flins-sur-Seine, Gaillon-sur-Montcient, Hardricourt, Jambville, Juziers, Lainville-en-Vexin, Les Mureaux, Meulan-en-Yvelines, Mézy-sur-Seine, Montalet-le-Bois, Oinville-sur-Montcient, Tessancourt-sur-Aubette, Vaux-sur-Seine.

COTEAUX DU VEXIN

La communauté de communes des Coteaux du Vexin réunit 3 communes autour de Limay et regroupe 21 000 habitants.
Créée en 2013.
Présidente : Dominique Bouré (1re adjointe au maire de Limay).
Les 3 communes : Guitrancourt, Issou et Limay.

SEINE MAULDRE

La communauté de communes Seine Mauldre s’articule autour de 3 localités dont la plus importante est Aubergenville. Elle compte 14 345 habitants.
Créée en 2004.
Président : Dominique Belhomme (1er adjoint au maire d’Aubergenville).
Les 3 communes : Aubergenville, Aulnay-sur- Mauldre, Nézel.

 

« L’INTERCOMMUNALITÉ : UNE CHANCE POUR TOUS ! »

« Je crois au dialogue et à la construction commune »,  insiste Paul Martinez

Paul Martinez préside depuis 20 mois la Camy qui compte 35 communes. Celle-ci va disparaître dans quelques jours pour donner naissance à une communauté urbaine de plus de 405 000 habi-
tants pour 73 communes.

Jtm : Quel est le bilan de votre action et quels enseignements tirez-vous de votre expérience à la tête d’une intercommunalité très diversifiée ?

Paul Martinez : « Cadre territorial depuis de longues années, maire de Buchelay et vice-président de la Camy depuis 2008, je connais bien l’univers de l’intercommunalité que je défends car il permet d’agir concrètement au plus près du terrain et des intérêts des habitants. Dans ce parcours, la présidence de la Camy en 2014 a constitué une étape naturelle car je voulais être encore plus efficace pour résoudre les problèmes de notre territoire. Dès mon élection, en avril 2014, je me suis donc fixé 2 règles de conduite auxquelles je n’ai jamais dérogé : affronter les problèmes quelle que soit leur complexité ; écouter et respecter les opinions de tous y compris de mes opposants politiques pour faire avancer les choses. Ces principes m’ont permis, en quelques mois, de débloquer des situations complexes mais aussi de faire émerger des dossiers nouveaux et riches de potentialités pour le territoire. »

Jtm : Pouvez-vous nous citer des exemples concrets ?

P. M. : « J’ai pu accompagner la fin d’activité de l’usine de Valène en forçant Veolia à prendre en compte dans les meilleures conditions possibles la situation des agents. J’ai aussi poussé très fortement à la réouverture de la patinoire, équipement sportif unique sur le territoire et qui était fermé depuis 5 ans pour de sombres questions de malfaçons. Aujourd’hui c’est un succès impressionnant. J’ai aussi insisté pour que soient mis en place des outils d’aides de l’intercommunalité aux communes comme les fonds de concours ou la plateforme de services qui ont très bien fonctionné. Je pourrais également citer, dans le domaine culturel, le soutien décisif à l’activité de l’école des 4 Z’Arts, très appréciée des habitants du territoire. »

Jtm : Quelles ont été vos priorités ?

P. M. : « Je me suis personnellement engagé depuis 20 mois sur 2 axes forts, à mon sens vitaux pour le territoire. Celui de l’innovation dans le domaine économique au travers de projets emblématiques : le Pôle d’excellence musique et numérique qui va permettre d’offrir au secteur de la facture instrumentale très présente dans le Mantois un point d’appui précieux ; le Green deliriver, un navire fluvial innovant présenté à la Cop21 ; la transition énergétique dont les 1res assises se sont tenues à mon initiative à l’automne 2015 et dont la traduction concrète est d’accélérer la recherche sur les modes de transport doux comme les voitures électriques ou les poids lourds au gaz naturel... mais également de diminuer la facture énergétique des ménages avec un soutien aux Contrats de performance énergétique dans les copropriétés. »

Jtm : Et sur le plan de la méthode ?

P. M. : « C’est un point important. Ces actions ont été conduites en concertation étroite et presque quotidienne avec les acteurs de terrain. Nombreux sont les élus qui, comme moi, ne croient plus aux décisions imposées d’en haut. Je crois au dialogue, à la recherche et à la construction commune de la meilleure solution. Je crois surtout au respect de l’autre. C’est ma méthode depuis ces quelques mois et je compte l’appliquer en me portant candidat à la tête de cette future structure. »

Jtm : Cette méthode employée à la Camy est-elle transposable à l’échelle de la nouvelle intercommunalité et ses 73 communes si différentes ?

P. M. : « Je crois profondément qu’il n’y en a pas d’autre. La diversité de notre territoire est telle, les problématiques si complexes et les moyens des collectivités finalement si réduits désormais que, nous autres, responsables politiques, n’avons pas d’autre issue que de co-construire des projets avec les acteurs engagés en faveur du développement. Notre rôle est d’inciter, de faciliter, de rapprocher les points de vue, d’apaiser aussi tout en gardant le cap de l’intérêt général et du meilleur service au public. C’est une forme de gouvernance renouvelée, plus proche du terrain et moins paternaliste qu’attendent nos concitoyens. Je mettrai toute mon énergie pour la mettre en place. »

Jtm : Que peut-on attendre de cette nouvelle intercommunalité ?

P. M. : « Ce qu’on peut attendre ou plutôt ce que l’on doit attendre, ce sont des résultats concrets. L’État et un certain nombre d’élus nous ont expliqué que cette réforme territoriale en créant de grands ensembles permettra d’être plus efficace tout en générant des économies d’échelle. Cela ne sera vrai que si s’exprime sur tout le territoire une volonté forte de travailler et d’avancer ensemble vers des objectifs clairs. Ce territoire morcelé, disparate, à l’identité incertaine mais auquel personnellement je suis viscéralement attaché doit se mobiliser autour d’objectifs ambitieux qui touchent au développement économique, aux déplacements, à l’innovation, au cadre de vie et à la transition énergétique mais sans pour autant s’éloigner du citoyen. Je ferai tout pour que cette intercommunalité soit une chance pour tous. »

 

DE GRANDES RÉALISATIONS ET DES SERVICES

En plus de l’eau potable et du traitement des déchets, la Camy a développé des compétences étendues au service des habitants de ses 35 communes. Elle s’est affirmée comme un acteur incontournable dans les domaines du logement et des déplacements. Elle a impulsé des dynamiques en matière de développement économique, innovation, formation, insertion… privilégiant, pour chaque nouvelle compétence, une dimension durable afin de protéger le territoire. Elle a massivement investi pour construire de grands équipements destinés à la pratique sportive, la culture et les loisirs. Aujourd’hui, de nombreuses réalisations témoignent de l’amélioration de la qualité de vie tout au long de ces 50 dernières années.

Plus de 6 millions de m3 sont fournis chaque année

EAU POTABLE

L’eau distribuée sur les communes de la Camy est puisée dans sa nappe phréatique. Elle est traitée afin d’être rendue potable, puis distribuée aux consommateurs. Le territoire bénéficie d’un sous-sol riche en eau et dispose de ses propres installations de production ce qui lui confère une réelle indépendance pour le présent et l’avenir.

 

ASSAINISSEMENT

Plus gros investissement jamais réalisé par la Camy, la station d’épuration de Rosny-sur-Seine a été créée en 1970 et totalement reconstruite en 2012. Elle traite les eaux usées des habitants avant leur rejet en Seine. Les boues de l’agglomération et des départements limitrophes des Yvelines y sont incinérées.

52 M€ ont été investis à Rosny-sur-Seine

DÉCHETS

Outre le système de collecte en porte-à-porte, les containers enterrés, la Camy a aménagé la déchèterie rue des Closeaux, à Mantes-la-Jolie. Encombrants, mobilier, papiers, pneus, ferraille, équipements électriques et électroniques… y sont triés puis recyclés. En 2016, un second site verra le jour zone de la Vaucouleurs, à Mantes-la-Ville. Il permettra d’évacuer jusqu’à 4 000 tonnes chaque année.

Une 2e déchetterie ouvrira en 2016 à Mantes-la-Ville Les collectes ont été optimisées en 2015

LOGEMENT

Le territoire compte 11 500 logements sociaux accessibles sous conditions de ressources. Pour faciliter les démarches des habitants, le service communautaire centralise les demandes. 3 bureaux de la Camy accueillent le public à Magnanville, Mantes-la-Jolie et Épône.

DÉPLACEMENTS

Dès la rentrée 2016, les voyageurs de l’agglomération bénéficieront de 20% de bus supplémentaires

Développement d’un réseau de bornes de charge électriques ; facilitation des échanges entre le bus, le train, la voiture ; transport à la demande en milieu rural…, la Camy favorise la mobilité. En 2016, son réseau urbain de bus Tam en Yvelines fusionnera avec celui de Limay pour desservir plus efficacement le centre de l’agglomération. Cette mutation s’inscrit dans la perspective du futur Transport en commun en site propre (Tcsp) entre la gare de Mantes, le Val Fourré et Rosny-sur-Seine et de l’arrivée du Rer E en 2022.

 

FAVORISER L’EMPLOI ET PROTÉGER LA NATURE

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Inneos accueille 41 entreprises à Buchelay

Axe prioritaire de la politique de la Camy, l’accompagnement des entreprises a abouti, en 2012, à l’inauguration de la pépinière-hôtel d’entreprises Inneos, à Buchelay. Cet équipement de 4 000 m2 a pour vocation l’accueil des Tpe/Pme pour leur assurer, de la création au développement, un parcours immobilier complet. Dans le bâtiment modulable, 1/3 de la surface est dédié aux entreprises de moins de 2 ans, 2/3 aux plus de 2 ans. Les sociétés y bénéficient de locaux et d’équipements communs mais aussi de services d’accompagnement et d’animation. Le taux d’occupation y atteint 81 % avec 395 emplois répartis dans 41 entreprises.

Autres lieux emblématiques, les parcs d’activités créent les conditions nécessaires au développement économique. Sur les 20 sites que compte le territoire, la Camy en pilote 10 reconnus d’utilité communautaire (5 à Buchelay, 2 à Mantes-la-Jolie, 1 à Mantes-la-Ville, Porcheville et Rosny-sur-Seine). Elle y assure l’entretien de la voirie et des espaces publics, l’installation de la vidéo-protection, des aménagements spécifiques et les cessions foncières nécessaires à l’implantation des entreprises.

FORMATION ET INSERTION

Le rallye des métiers permet aux jeunes  de découvrir les entreprises du territoireLa Camy innove tous les ans avec des dispositifs adaptés en direction des jeunes de tous âges, en lien avec les entreprises du territoire : forums d’orientation, édition d’un guide des formations, aide à l’installation d’écoles d’ingénieurs, soutien aux classes prépa du lycée Saint-Exupéry, organisation d’une journée d’intégration des étudiants…

En matière d’insertion, la Camy est partenaire de nombreuses opérations qui permettent aux jeunes d’accéder à l’emploi : rallyes des métiers, chantiers école bâtiment…

INNOVATION

Présente en novembre et décembre à l’exposition de la Cop 21, à la Villette, au côté de l’entreprise Segula technologies, la Camy a mis en avant un projet de navire fluvial, le Green deliriver. Cette solution de livraison écologique est une alternative au transport routier polluant et propose l’acheminement jusqu’aux centres urbains grâce à des modules électriques propres et autonomes.
Lancé en décembre avec le parrainage du compositeur Jean-Michel Jarre, le Pôle d’excellence musique et numérique va fédérer les acteurs de la musique en Seine aval, bassin historique de la facture instrumentale. La Camy réunit les leaders mondiaux Selmer et Buffet group, des artisans luthiers, des écoles d’ingénieurs, des acteurs culturels, du numérique, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur... L’objectif est de stimuler la recherche, l’innovation, de construire de nouveaux parcours de formation et de créer des emplois sur le territoire.

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Orientation transversale qui touche les domaines de la construction, du traitement de l’eau et des déchets mais aussi du développement économique et de l’innovation, le développement durable est une nécessité pour la Camy qui s’emploie à préserver son patrimoine naturel et rural. En septembre, elle s’est engagée aux côtés de la communauté d’agglomération Seine & Vexin et Seinergy Lab pour proposer les 1res assises de la transition énergétique. Cet événement a fait émerger une réflexion locale sur la recherche de sobriété énergétique, le recours à des énergies renouvelables et la construction d’un nouveau modèle économique en Seine aval.

Pour promouvoir la mobilité propre, la Camy finance l’acquisition  de vélos à assistance électrique

 

DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS ET DE LOISIRS

PÔLES AQUATIQUES

Aqualude est dédié aux activités ludiques pour toute la famille

Après Aqualude, à Mantes-la-Jolie, en décembre 2011, Aquasport a ouvert à Mantes-la-Ville en décembre 2013. L’agglomération est désormais dotée de 2 grandes piscines complémentaires. La 1re, ludique, pour toute la famille, dispose d’une rivière, une boule à vagues, une pataugeoire et un impressionnant toboggan… La 2nde est dédiée à la pratique sportive des clubs, des scolaires et du grand public.

PATINOIRE

Construite en 1972 à Mantes-la-Jolie, fermée en 2011 pour travaux et rouverte cette année, la patinoire de la Camy à Mantes-la-Jolie est l’unique équipement des Yvelines. Elle peut accueillir jusqu’à près d’1 millier de glisseurs…

STADE NAUTIQUE

D’envergure internationale, le stade Didier-Simond accueille des compétitions d’aviron et de canoë kayak qui attirent entre 5 000 et 10 000 compétiteurs chaque année. La Camy l’entretient pour en faire un lieu reconnu du sport de haut niveau. Du 25 au 29 juin 2014, les championnats d’Europe junior et moins de 23 ans de course en ligne s’y sont tenus, réunissant plus de 730 pagayeurs venus de 33 pays. En bordure de Mantes-la-Jolie, le bassin de 2 200 m2 donne sur les coteaux du Vexin. C’est également l’endroit idéal pour faire son jogging ou une promenade en vélo, en famille, en longeant le bassin et les bords de Seine.

Le bassin de 2 200 m2 accueille des compétiteurs de haut niveau

GRAFF PARK

Premier équipement du genre inauguré en France par une collectivité, le Graff park de Mantes en Yvelines déploie 400 m2 de murs au cœur du Parc d’activités de la Vaucouleurs à Mantes-la-Ville. Le site, ouvert en 2009, attire artistes locaux et internationaux, notamment à l’occasion du festival annuel Graffitizm.

Les créations se renouvellent tous les ans

ÉCOLE DE MUSIQUE

En 40 ans d’existence, l’Enm a formé plus de 10 000 élèvesAutrefois installée au square Brieussel, à Mantes-la-Jolie, l’école de musique a emménagé dans un bâtiment neuf, boulevard Calmette, en 2006. Elle y dispose d’un auditorium, d’une grande médiathèque, d’un parc instrumental hors du commun, de nombreuses salles et studios, des équipements technologiques de pointe… Ce lieu d’enseignement, de diffusion et de création artistique bénéficie du label Conservatoire à rayonnement départemental décerné par le ministère de la Culture.

HOSPICE SAINT-CHARLES

Dédié à l’art contemporain et visuel, ce lieu historique restauré et aménagé par la Camy accueille tout au long de l’année des manifestations culturelles, des expositions de peintures, de sculptures ou autres œuvres d’art, concerts ou encore rencontres artistiques… Son entrée, toujours gratuite, facilite l’accès à la culture au plus grand nombre.

 

ET AINSI NAQUIT LA CAMY...

En matière d’intercommunalité, le territoire fait figure de pionnier. Riche de 50 ans d’histoire, la communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines (Camy) a régulièrement évolué pour arriver à sa forme actuelle.

DU DISTRICT URBAIN…

C’est une ordonnance du 5 janvier 1959 qui institue la création de districts urbains dans les grandes agglomérations. « Les districts urbains exercent de plein droit et au lieu et place des communes de l’agglomération la gestion des services de logement […], des centres de secours contre l’incendie […], des services assurés par les syndicats des communes […], des services énumérés à la décision institutive », énonce l’article 3. Créé par arrêté préfectoral le 21 novembre 1966, le District urbain de Mantes regroupe alors les communes de Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville, Buchelay, Guerville, Magnanville, Rosny-sur-Seine et Porcheville. Le premier conseil a lieu le 10 décembre 1966 à l’hôtel de ville de Mantes-la-Jolie sous la présidence du maire de l’époque, Jean-Paul David. Rolleboise intègre le regroupement en 1972. Au fil des années, les compétences du Dum s’élargissent et se concrétisent par de grandes réalisations : les lycées du Breuil à Mantes-la-Ville et Lavoisier à Porcheville, les collèges de la Vaucouleurs à Mantes-la-Ville et George-Sand à Magnanville, les postes de refoulement de Mantes-la-Ville, Mantes-la-Jolie et Rosny-sur-Seine, l’aménagement du bois de la Butte Verte à Mantes-la-Jolie, le centre de loisirs de Rolleboise, la réalisation d’un programme informatique de gestion des logements sociaux…*

… À LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION

En 1999, la loi dite Chevènement relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale instaure 3 types d’établissements publics : les communautés de communes, d’agglomération et urbaines. Le Dum devient ainsi la communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines le 2 décembre 1999. Exerçant jusqu’alors ses missions dans les domaines de l’équipement, du développement économique et de l’environnement, l’établissement de coopération intercommunale élargit son action à la voirie en 2000, à la protection et à la mise en valeur de l’environnement et du cadre de vie en 2005 ou plus récemment à la gestion du Plan local d’urbanisme cette année.** Quant au périmètre, il connaîtra plusieurs extensions en 16 années, passant de 8 communes en 1999 à 12 en 2004, 17 en 2010, 30 en 2012 et 35 en 2013.

* Source : Mantes et Mantes-la-Ville, de 1789 à nos jours, Groupe de recherches et d’éditions mantaises
** Source : Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France

À Magnanville, l’actuel hôtel d’agglomération a été construit  en 1991 pour abriter à l’époque les services du District urbain

 

L’AGGLOMÉRATION EN DATES

1966 : Création du District urbain de Mantes (Dum) regroupant Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville, Buchelay, Guerville, Magnanville, Rosny-sur-Seine et Porcheville.
1972 : Intégration de Rolleboise.
1999 : Transformation du Dum en communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines (Camy).
2004 : Intégration de Drocourt, Follainville-Dennemont, Méricourt et Mousseaux-sur-Seine.
2010 : Intégration d’Auffreville-Brasseuil, Arnouville-lès-Mantes, Breuil-Bois-Robert, Hargeville et Sailly.
2012 : Intégration de Boinville-en-Mantois, Épône, Favrieux, Flacourt, Goussonville, Jouy-Mauvoisin, Jumeauville, La Falaise, Le Tertre-Saint-Denis, Mézières-sur-Seine, Perdreauville, Soindres et Vert.
2013 : Intégration de Fontenay-Mauvoisin, Fontenay-Saint-Père, Gargenville, Guernes et Saint-Martin-la-Garenne.

 
JTM-info

Le Mantois en continu

  • Rien pour le moment

Hebdoscope

 

        

 

La fin du JTM

Compte-tenu de la fusion de la Camy avec 5 autres communautés voisines le 1er janvier, le Jtm qui dépend de l’agglomération de Mantes en Yvelines cesse sa parution. La rédaction tient à remercier ses lecteurs pour leur fidélité ainsi que tous ceux qui lui ont fait confiance au cours de ces 10 années d’existence soit 470 numéros.

L'évènement

Les aéromodélistes cherchent un site

Lire la suite...

Vu

La 1re promotion d’ingénieurs spécialisés en génie industriel formés sur le site mantevillois de Supii Mecavenir a été saluée, comme les autres diplômés, lors d’une cérémonie tenue le 9 décembre à Neuilly-sur-Seine. La Camy, partenaire de cette école, était représentée par Daniel Maurey, vice-président en charge de l’enseignement et de la formation.

Notez-le

L’Association pour le rayonnement culturel des orgues du Mantois (Arcom) se réunira en assemblée générale le 8 janvier, à 20h, à l’Enm (12 bd Calmette à Mantes-la-Jolie). René Conan, son actuel président, ne briguera pas un nouveau mandat.

Le chiffre

360. C’est le nombre de faits délictueux repérés de janvier à octobre 2015 grâce au Centre de surveillance urbaine qui exploite les images de vidéo-protection à Mantes-la-Jolie. Le dispositif géré par la police municipale qui a été agrandi et modernisé est de plus en plus utilisé pour les enquêtes. 83 demandes d’extraction et de relecture d’images ont été formulées au cours des 10 premiers mois de l’année contre 81 sur l’ensemble de 2014 et 39 en 2013.

Sur le web

Les Compagnons du devoir proposent des journées portes ouvertes sur l’ensemble de leurs sites, dont celui d’Épône, du 22 au 24 janvier. Collégiens, lycéens et étudiants y sont attendus pour découvrir les formations proposées dans 6 filières professionnelles : industrie et métallurgie, métiers du vivant, métiers du goût, aménagement et finition, bâtiment et matériaux souples. Chaque année, ces établissements accueillent 10 000 apprentis. compagnons-du-devoir.com

Reçu

La marche nocturne Paris – Versailles – Mantes, dont l’organisation a un temps été menacée en raison de l’état d’urgence, est finalement bel et bien maintenue. Les inscriptions sont déjà ouvertes pour la 81e édition qui a lieu dans la nuit du 30 au 31 janvier. 4 distances sont proposées dont les 54 km à partir de Versailles, les autres départs s’effectuant depuis Beynes, Maule et Jumeauville. Infos et inscriptions : paris-mantes.fr

En bref

 

  

 

Une crèche municipalisée

Les P’tits lapins ont vu le jour il y a 5 ans, rue des Garennes, à Mantes-la-Jolie. Gérée par l’association Grandir et apprendre, il s’agit de la 1re crèche Espoir banlieues proposant un mode de garde pour les enfants issus de parents en insertion sociale et professionnelle. Dotée de 28 places pour les moins de 6 ans, la structure multi-accueil est soutenue depuis ses débuts par la ville. Faute de recettes suffisantes, la crèche devient municipale en 2015.

Lire la suite...

L'essor des Yvelines

Pour connaître l’évolution de la population en 2012 et 2013, rendez-vous sur le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Les estimations provisoires régionales et départementales sont disponibles depuis le 14 janvier.

Lire la suite...

Dans votre ville

 

       

 

Mantes-la-Jolie

Création théâtrale

La compagnie La Galerie présente Vivipares - Posthumes. Dans cette création en 2 parties, 5 comédiennes incarnent des personnages réels ou inventés pour raconter une brève histoire de l’humanité. Une rencontre avec la troupe est organisée à l’issue de la 1re représentation.

Jeudi 14 et vendredi 15 janvier à 20h30
Au Collectif 12, 174 boulevard du maréchal Juin
Tarifs : 10 € / 5 € / 3 € (réduction carte culture applicable le vendredi)
Infos et réservations : 01 30 33 22 65 ou collectif12.org

Buchelay

Les Jeunes recrutent

Le Groupe jeunes théâtre intercommunal encadré par les professionnels du Théâtre des oiseaux a repris ses activités. La troupe peut toujours accueillir de nouveaux talents entre 13 et 17 ans résidant dans l’une des communes de l’agglomération. Un spectacle est créé par les participants, selon leurs envies et leurs préoccupations. Il est ensuite présenté dans plusieurs salles du territoire. Déjà 4 créations originales ont été imaginées et jouées sur une douzaine de plateaux dans les Yvelines. Les séances se déroulent le lundi de 18h15 à 20h30 au centre des arts et loisirs.

Infos et inscriptions : 01 30 94 51 64 ou theatredesoiseaux@wanadoo.fr

Drocourt

Ateliers d'art

Artiste peintre en décors du patrimoine, techniques ancestrales et contemporaines, diplômée de l’École d’art mural de Versailles et de l’École Jean-Sablé, Patricia Prévot avait il y a quelques mois ouvert un atelier à Drocourt. À partir du mois de janvier, l’artiste va encadrer de nouveaux ateliers peinture à Oinville-sur-Montcient, accessibles aux élèves de tous âges et de tous niveaux.

Plus d’infos : 06 27 23 09 31 ou patriciaprevot.com

Mantes-la-Ville

Abonnez-vous à Jacques Brel

Daniel Guichard ouvre la saison le 3 octobreCette année encore, la salle Jacques-Brel affiche une programmation éclectique : le chanteur Daniel Guichard, les humoristes Issa Doumbia et Stéphane Rousseau, les pièces de théâtre Georges et Georges, Un fil à la patte, le groupe Celtic legends…
Si les réservations ne pourront se faire qu’à partir de septembre, les abonnements sont d’ores-et-déjà possibles, à des tarifs préférentiels. Pour bénéficier de ce privilège, il faut réserver au moins 4 spectacles dont 1 labellisé « scène découverte ». Les bulletins, téléchargeables sur le site internet de la ville, peuvent être déposés à la salle jusqu’au 10 juillet puis à compter du 31 août. Ils peuvent également être envoyés par voie postale.

Salle Jacques-Brel, 21 rue des Merisiers
Infos : 01 30 98 55 46 ou mairie-manteslaville.fr

Mantes-la-Jolie

Red Castle peaufine sa création

Conçu comme un veritable spectacle, Straight to the moon mêle musique et video

Entamé il y a 2 ans, le projet Straight to the moon mené par Red castle touche à sa fin. Le groupe vient de passer 2 semaines en résidence au Collectif 12 pour donner la dernière touche à un spectacle musical d’une heure, à découvrir ce vendredi.

Lire la suite...
Gargenville

Les artistes locaux exposent tout l'été à la médiathèque

À partir de cette année, l’été sera l’occasion de mettre en valeur  les talents locaux

« En accord avec l’équipe municipale, nous avons décidé d’instaurer un rendez-vous qui permette de mettre en valeur les créations des Gargenvillois et qui dure tout l’été afin de toucher un maximum de public. » Pour cette 1re édition, Caroline Sabre, responsable de la médiathèque Paul-Valéry, accueille 19 artistes de la commune.

Lire la suite...
Rosny-sur-Seine

Le festival Textile(s) s'invite à Saint-Charles

Sylvie et Marion Breton présentent une série de lustresAprès une édition itinérante en 2014, avec des étapes au festival du lin en Pays de Caux puis à Paris au salon l’Aiguille en fête et à l’atelier Rrose Sélavy, le festival Textile(s) reprend ses quartiers à l’hospice Saint-Charles pour sa 5e édition. Broderie, couture, crochet, tricot… : pendant 9 semaines, l’association Jours, semis et entre-deux redonne leurs lettres de noblesse à des pratiques qui ont tendance à se perdre.

Lire la suite...

Cinéma

Du mercredi 6
au mardi 12 décembre

 

This page uses the Ultimate 'Holy Grail' 3 column Liquid Layout by Matthew James Taylor. View more website layouts and web design articles.